Journal d'une chasseuse

5 étapes naturelles pour tomber en cloque

Je vous propose une synthèse à ma sauce de l’ouvrage « 5 SIMPLE STEPS TO FERTILITY: Pregnant naturally, after years of struggling with endometriosis » de Pavla Kesslerova. Dans ce mini-livre, l’auteur partage des méthodes naturelles qui l’ont aidé à concevoir après un combat de 7 ans contre l’infertilité due à l’endométriose.

Dans mon désir de grossesse, cet écrit m’a conforté dans les différentes actions que je mène au quotidien. Si cela n’a, pour le moment :(, pas aboutit sur une grossesse, j’ai néanmoins perçu les effets bénéfiques sur mon corps et mon esprit. Se préparer à accueillir un enfant met non seulement toutes les chances de notre côté mais nous fait aussi prendre des habitudes saines qui seront naturelles lorsque que nous tomberons victorieusement en cloque. Au-delà de l’envie de bébé, j’ai pu constaté que tout ce qui est bon ou mauvais pour une femme enceinte est transposable à l’endométriose et a un véritable impact sur la gestion de la maladie. Ainsi, manger bien et BIO (sans pesticide), pratiquer une activité physique cool, méditer, se faire aider par un praticien et « y croire » sont les clés pour vivre mieux et pourquoi pas, mettre un petit bout en route?

icone-oiseau-011. Bien manger

Notre alimentation est à la base de tout ! C’est notre carburant. Il est donc essentiel de se nourrir de bonnes choses pour en tirer toutes les vertus. Le refrain « ayez une alimentation variée, évitez le sucre, le sel, le gras et préférez des légumes et fruits », on le connait par coeur… mais maintenant, il s’agit de l’appliquer. Ce qui m’a encouragé, c’est d’avoir vu très rapidement les effets sur mon corps : diminution de rétention d’eau, des états végétatifs après le repas, des ballonnements, des maux d’estomac et j’en passe. Ensuite, j’ai commencé à sélectionner scrupuleusement les aliments, en lisant les ingrédients. Tout élément chimique, aliment industriel ou transformé est nocif pour notre santé, nourri l’endométriose et met une grossesse en péril. A bas les pesticides ! J’avoue, je suis passée à la BIO-BO attitude avec plaisir. Je reviendrai sur le régime spécial endométriose de façon plus détaillée dans un prochain article.

icone-oiseau-03-01-012. Bouger

Notre corps est mis à rude épreuve avec l’endométriose. Une grossesse, quant à elle, le chamboule. Nous devons donc nous entraîner physiquement pour nous maintenir en forme et faire face aux contractions douloureuses. Je fais de la danse depuis plusieurs années, et j’y ai trouvé un renforcement musculaire (dos et abdos, entre autres) tout en douceur, souplesse, étirement, détente, coordination et bien-sûr une bulle de plaisir loin de mes tracas quotidiens. Dans le même esprit, je pense également au yoga, au pilates, à la natation,… autant d’activités sportives non violentes pour notre corps déjà fatigué et malmené par les douleurs. En gardant une forme physique, nous aidons notre petit ventre à mieux supporter les contractions douloureuses pendant les règles, à mieux récupérer, et aussi à être opérationnel pour une grossesse.

icone-oiseau-0-013. Y croire

Regardons autour de nous, il existe un grand nombre d’exemples de femmes qui tombent finalement enceinte après avoir lâché prise, adopté ou encore abandonné le projet de fonder une famille. La psychologie est d’une puissance incontestable. C’est bien joli, mais maîtriser ses pensées et son désir profond d’avoir un bébé apparaît comme une mission impossible. Un sentiment d’impuissance, de colère ou de désespoir naît en nous et se développe au fil du temps. Que répondre aux encouragements « sois patiente, ça arrivera quand ça arrivera » ou « moi ça a mis 2 ans » qui nous plongent dans un désarroi encore plus profond ? Et bien la meilleure façon de maintenir cette petite flamme d’espoir en nous est, selon moi et Pavla Kesslerova, c’est d’y croire. Menons toutes les actions possibles au quotidien pour entretenir cet espoir. Attendons et préparons l’arrivée de cet heureux évènement quelle que soit la façon dont il arrivera. HOPE <3

icone-oiseau-014. Se soigner

N’hésitons pas un instant à nous faire aider. Réflexologie, acupuncture, ostéopathie, shiatsu, homéopathie, aromathérapie… testez des méthodes qui vous font du bien et trouvez des accompagnants avec qui le feeling passe bien. Nous sommes toutes uniques et réagissons chacune différemment alors ne fermez aucune porte, écoutez vos sensations et faites-vous votre propre opinion. Si un massage de réflexologue sur le coté de la cheville peut rétablir les fonctions ovariennes, des pics d’acupuncture peuvent favoriser une bonne circulation sanguine et l’huile essentielle de cannelle stimuler la libido. Ces différentes méthodes naturelles peuvent non seulement nous aider à gérer nos douleurs quotidiennes mais aussi débloquer notre fécondité. Pourquoi pas essayer ?

icone-oiseau-02-015. Se détendre

De nombreuses études démontrent les effets néfastes du stress sur notre corps. La maladie crée déjà un terrain anxiogêne (peur d’avoir mal, peur que la douleur revienne, peur qu’elle ne s’arrête pas, peur qu’elle s’intensifie,…) dont l’endométriose se nourrie pour s’aggraver. Un cercle vicieux qu’il nous faut inverser. Inutile d’ajouter qu’un état anxieux complique le déclenchement d’une grosesse. Moi, selon mes humeurs et mes ressentis, je médite, je lis, je couds et je réclame du chouchoutage à mon chasseur. Quel que soit ce qui vous détend, prenez ce temps rien que pour vous et déclenchez votre cercle vertueux.

Une petite lecture instructive et encourageante que je vous recommande.


EN CADEAU : une affiche en images pour garder un oeil sur ces étapes et rester motivée – à retrouver sur ce lien

5-etapes-naturelles-pour-tomber-en-cloque

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply