Journal d'une chasseuse

J-2 avant la bataille

Voici le premier article  de mon journal de chasseuse. Je vous y confie mes émotions et sensations recueillies au fil de mon histoire. Ecrire me permet de mettre à plat les pensées qui se bousculent dans ma tête et de prendre du recul. J’ai aussi l’intime conviction que le partage fait naître de belles rencontres. Comme moi, peut-être vous sentirez-vous moins seule face à la maladie ?

Et pour cette inauguration, voici le début d’une série d’articles sur une étape importante : l’intervention chirurgicale. Je dois en effet subir une coelioscopie avec plasma-jet afin de nettoyer les foyers endométriosiques et me retirer un nodule situé dans le « cul de sac de Douglas ». Cela se déroulera sous anesthésie générale avec une péridurale en continue en guise d’anti-douleur. Nous sommes nombreuses à avoir recours à la chirurgie pour traiter de l’endométriose. Pendant cette phase d’attente plutôt angoissante, j’ai géré mon stress en me préparant physiquement et psychologiquement. Voici donc ma check-list de chasseuse :

Icone flèche1
Préparer son corps

Même si ça n’est pas demandé par le chirurgien, ces 3-4 jours précédents l’opération, je fais attention à mon régime alimentaire en privilégiant les bouillons, tisanes, pâtes et riz (régime sans résidus). Car supportant très mal les lavements imposés avant l’intervention (douleurs de ventre insoutenables), je réussis à réduire leur impact en nettoyant déjà mon appareil digestif au préalable. L’horrible lavage est ainsi plus léger et moins invasif… je l’espère !

Bien qu’aujourd’hui nécessaires dans le cadre d’une chirurgie, l’anesthésie et les anti-douleurs (morphine ou dans mon cas péridurale) sont « toxiques » pour notre organisme. Ils donnent beaucoup de travail d’élimination à notre foie, déjà bien éprouvé par nos traitements contre l’endométriose (anti-inflammatoires, hormones,…). Pour soutenir ce précieux organe, je prends 3 gélules de Curcuma, Desmodium et Chardon Marie (mélange DPR® des laboratoires Fenioux) depuis 1 semaine pour déjà nettoyer avant l’intervention. Je les prolongerai après pour éliminer les médicaments. Le gros + : le curcuma est un anti-inflammatoire naturel.

Icone flèche1Préparer sa tête

Le traitement de l’endométriose par chirurgie marque une étape importante sur notre parcours de lutte contre la maladie. Il symbolise pour moi une chance de « repartir à 0 », nettoyée de ces mauvaises cellules. Cela nous ouvre la perspective d’être soulagée de nos douleurs, au moins pendant quelques mois. Et pour beaucoup d’entre nous, nous fondons beaucoup d’espoir sur la mise en place d’une grossesse. Nos organes féminins vont ainsi être mis à nus et éprouvés. Et pour couronner le tout, nous devons nous préparer à découvrir un corps différent, avec des cicatrices (4 réparties au-dessus du pubis, des 2 côtés et sous le nombril dans le cas d’une coelioscopie) voir d’autres séquelles (une poche de dérivation pour moi dans le pire des cas). Notre état émotionnel est donc complètement chamboulé !

Il est important d’échanger avec son chirurgien, lui poser toutes les questions qui nous trottent dans la tête. Cette rencontre nous a permise avec mon mari d’être rassurés et de véritablement sentir que je suis entre de bonnes mains. Ayant toute confiance en mon chirurgien, je suis déjà libérée d’un grand poids.

Etant quelqu’un de très visuel, je me suis informée sur cette intervention avec des vidéos et articles divers sur la coelioscopie. J’aime savoir. Par exemple, j’ai besoin de regarder lors d’une prise de sang. Mais nous réagissons chacune différemment. Mon conseil est donc d’oser vous ouvrir à tout/tous ce/ceux qui peux/peuvent vous aider pour surmonter cette épreuve.

La famille joue un rôle crucial dans ce cadre. Exprimer mes craintes ne pas apporté de réponse mais m’a permise de me sentir moins seule et de savoir que je pouvais compter sur le soutien moral de mes proches. C’est aussi un très bon exercice de « parler », « dire » ce que l’ont ressent. Je suis persuadée que c’est plus sain que de tout garder à l’intérieur. On a déjà assez de choses comme ça à gérer à l’intérieur ! Le fait d’organiser mon opération et mon repos avec l’aide de mes proche me rassure aussi énormément. Par exemple, mon Mari sera à mes côtés à mon entrée à l’hôpital jusqu’à mon réveil. Mes parents prendrons ensuite la relève. Ma Belle-Maman sera auprès de mon Mari pour le soutenir (et oui, c’est aussi une sacré épreuve pour nos hommes !). Et pendant ma convalescence à la maison, ma Maman pourra se rendre auprès de moi dès que je le souhaite.  Ne craignez pas demander de l’aide et osez compter sur ceux que vous aimez, il assurerons un max !

Enfin, en BONUS, je me suis concoctée un mélange de fleurs de Bach. Pour choisir mes fleurs, je me suis donc posée pour réfléchir à « comment je me sent » et « comment je souhaite me sentir ». Le brouillard dans ma petite tête s’est éclaircis. Que l’on croit ou non en l’effet des essences de fleurs, cette exercice de réflexion préalable est intéressant et toujours bénéfique dans mon cas.

Icone flèche2-01Rester zen !

Cette semaine (précédent mon opération), j’ai tellement angoissé que je me suis collée des douleurs de coup, de dos et de ventre au point de bloquer ma respiration… un petit passage chez mon Ostéopathe préféré et me voilà soulagée !

Une séance de réflexologie plantaire 2 jours avant, après m’être libérée de mes tracas de boulot, m’a apporté un peu de zénitude. Je me suis sentie plus légère, libérée du stress accumulé les quelques derniers jours. Ma super Réflexo m’a aussi montré une technique de massage par pression au bout  du gros orteil afin de me détendre et de m’aider à m’endormir (très compliqué en ce moment !).

Contre la rumination, la peur de l’opération par anticipation jusqu’à s’en rendre malade, j’ai commencé à prendre un mix de granules homéopathiques environ 4 jours avant l’intervention, sous les conseils de mon médecin : 3 granules matin et soir de Cocculus indicus 9ch + Ignatia amara 9ch + Gelsemium 9ch.

Et pour finir, quelques exercices méditation avec un travail sur la respiration ne font pas de mal pour se relaxer.


Je m’arrête là pour mon J-2… la suite de ma bataille à suivre !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Michel 17 avril 2016 at 21 h 42 min

    Sans oublier toute la famille qui est derrière notre Coco chérie qui est adorable et si douce malgré ses difficultés
    Je t embrasse très fort
    Michel

  • Leave a Reply